02/06/2019

Roméo a trouvé sa Juliette


La grenouille bolivienne Roméo, célibataire et sans enfant, a trouvé sa Juliette. Ne manque plus que les flèches de Cupidon pour rapprocher les deux amphibiens et tenter de sauver leur espèce menacée.

Roméo vit depuis une dizaine d'années au Muséum d'histoire naturelle de Cochabamba, en Bolivie. Avec une espérance de vie d'une quinzaine d'années, il était jusqu'ici la dernière grenouille connue de son espèce. En février 2018, ce beau mâle est devenu mondialement célèbre. Pour la Saint-Valentin, les gardiens de cette grenouille aquatique de Sehuencas (Telmatobius yuracare) avaient décidé de jouer une dernière carte pouyr le sauver de son célibat forcé en signant un partenariat avec le site de rencontres Match.com. Aidé par le Global Wildlife Conservation (GWC) ont réussi à lever 25 000 dollars qui ont permis de lancer l'exploration des cours d'eau boliviens pour tenter de localiser une femelle de la même espèce. Ainsi, depuis le mois de novembre, 4 expéditions de 6 jours chacune, ont eu lieu : outre Juliette, les scientifiques ont rapporté 4 autres spécimens, 3 mâles et 1 femelle.

Juliette a été découverte au cours d'une expédition dans les bois nuageux de Bolivie, dans le centre du pays, en réalité dans le même terriotoire qui avait permis la découverte 10 ans plus tôt de Roméo. La promise et ses congénères ont été placés en quarantaine pour qu'ils puissent s'acclimater à la captivité et recevoir un traitement contre la chytridiomycose, maladie causée par un champignon tueur, le Batrachochytrium dendrobatidis, qui fait des ravages parmi les amphibiens en Europe, sur le continent américain et en Australie. Il sera temps ensuite d'apprêter Juliette pour sa rencontre avec Roméo. "Pour reproduire les conditions naturelles, nous avons pris des mesures de température et de qualité de l'eau dans les cours d'eau", explique Teresa Camacho Badani, responsable du département d'herpétologie du Muséum de Cochabamba qui espère évidemment le coup de foudre ! Réponse le 14 février, jour de la Saint-Valentin, où la rencontre a été programmée. Par précaution toutefois, GWC a annoncé travailler aux côtés du musée avec un laboratoire de l'Université Macquarie de Sydney, en Australie, pour collecter et congeler le sperme de Roméo et les gamètes en vue de tenter une fécondation in vitro.

Sciences et Avenir

 

  201901_romeo.jpg