09/05/2010

Conflits sur les ressources : l’eau en Asie centrale


L’eau – enjeu alimentaire, écologique, énergétique majeur en Asie
centrale ex-soviétique – est source de toutes les convoitises dans cette
région formée par le Kirghizistan, le Tadjikistan (les deux pays
amont), le Turkménistan, l’Ouzbékistan et la Kazakhstan (les trois pays
aval). Alors que les ressources hydrauliques, de plus en plus
aléatoires, apparaissent très insuffisantes pour les besoins des 60
millions d’habitants, les tensions montent entre les pays amont et les
pays aval. Au cœur du problème : la gestion des cours d’eau qui
traversent la région. "Les pays amont s’affrontent aussi entre eux [à
ce sujet], tandis qu’un manque de coordination caractérise l’action des
pays aval"
, précise Alain Lamballe dans cet article, avant
d’évoquer le rôle joué par la Chine ou encore l’Afghanistan. En vue de
replacer ces différents conflits dans leur contexte, l’auteur présente
de manière détaillée la situation géographique et hydraulique de cette
région, puis les raisons de l’appauvrissement des ressources en eau. Il
décrit ensuite où se situent les intérêts de chaque pays et décrypte les
tensions existantes, notant le peu de succès des négociations
bilatérales et multinationales passées. Soulignant ainsi l’action
néfaste de l’homme sur l’environnement – à l’époque soviétique, où des
cultures très consommatrices en eau (telles que le coton) ont été
privilégiées –, Alain Lamballe révèle l’urgence de la situation et
évoque la possible pénurie d’eau dans cette région. Il préconise, dans
ce contexte, une gestion commune et raisonnée des ressources en eau, et
l’intervention d’experts internationaux.

Futuribles
– n° 366, septembre 2010